logoCKC.jpg, 16kB
logoCKC2.jpg, 3,2kB
pixTransp.gif, 807B
pixTransp.gif, 807B





pictoKendo.png, 3,7kBpictoIaido.png, 3,3kB


logoKendo.png, 7,7kB


btn_origines.png, 1,4kB
btn_pratique.png, 1,2kB
btn_materiel.png, 1,1kB
Accueil > Kendo >
Les origines
"Le kendo est la plus ancienne, la plus respectée et la plus populaire des disciplines modernes du Budo."
 
Le kendo (剣道 / 劍道, kendo, littéralement la voie du sabre) est la version moderne du kenjutsu ( 剣術, kenjutsu techniques du sabre), l’escrime au sabre pratiquée autrefois au Japon par les samouraïs. Repensé à partir du XVIIIe siècle, le kendo utilise de manière naturelle et sans danger un sabre de bambou (shinaï) représentant le sabre traditionnel japonais (katana). Par version moderne, il faut comprendre que le kendo n’est pas seulement un art martial mais également un sport de compétition. Les pratiquants sont appelés kendoka (peu usité au Japon) ou kenshi.
 
La première mention de l’art du sabre au Japon date de 789. Il était autrefois appelé ken-jutsu, ken-no-michi et gekken à l’époque Meiji (1868-1912). Cette discipline était déjà utilisée par les guerriers japonais (bushi) depuis longtemps lorsque les samurai le découvrirent au XIIIe siècle. Après une longue période de guerres et l’unification du pays par le Shogun Tokugawa Ieyasu, le Japon entre dans une ère de paix qui durera plus de 260 ans, l’époque d’Edo (1600-1868), au cours de laquelle le kenjutsu qui a perdu en pratique sa finalité sur les champs de bataille prend son essor dans la formation de la caste dirigeante, celle des bushi (ou samouraï).

Le kenjutsu est alors l’un des dix-huit arts martiaux que doit pratiquer le bushi. De nombreux traités sur le sabre sont publiés à cette époque au Japon tel le Gorin no sho de Miyamoto Musashi ou le Hagakure de Yamamoto Jocho.
De « sabre pour tuer » le kenjutsu évolue vers le « sabre pour vivre » (katsujinken) par l’étude duquel le pratiquant forge sa personnalité. Afin de faciliter la pratique jusque-là limitée à des katas au sabre de bois (bokken) ou au sabre réel, Naganuma Shiro développe au début du XVIIIe siècle le sabre en bambou (shinaï) et différentes protections (bogu) afin d’autoriser des coupes réelles pendant les assauts. Parallèlement à l’amélioration du matériel qui prend la forme définitive que nous lui connaissons aujourd’hui peu avant la fin de l’ère Edo, le kenjutsu évolue vers sa forme moderne, le kendo.






Dans la même rubrique : [ Les notions fondamentales ] [ Discipline de l’esprit ] [ Combats et arbitrage ] [ Les origines ] [ La pratique ] [ Le matériel ]